Bruxelles, le 31juillet 2016.

A Monsieur Jacques Bigirimana,
Témoin dans l‘assassinat de
L’Honorable Afsa Mossi.

A BUJUMBURA.
Objet : Lettre ouverte pour vous remercier
des révélations sur l’identité des
Assassins de l’honorable Afsa Mossi.

Monsieur Jacques Bigirimana,

Après votre sortie médiatique du 25 Juillet 2016 à la Radio-Télévision Nationale du Burundi (RTNB) au sujet de l’ignoble assassinat de l’honorable Afsa Mossi, les téléspectateurs qui vous ont suivi ont retenu deux choses : le plateau qui vous a été offert sur ce médium public en lieu et place des porte-parole du CNDD-FDD, de la police, du ministère public ou du gouvernement de facto, prouve que les assassins qui appartiennent au cercle des décideurs de Bujumbura sont préoccupés par le retentissement inattendu de cet acte ignoble ! Cet assassinat divise l’oligarchie de Bujumbura car les préposés à la défense du pouvoir CNDD-FDD ont refusé de parler. Il fallait louer les services de Bigirimana Jacques. L’autre fait marquant était votre gêne sur le plateau ; d’habitude Jacques Bigirimana à l’aise devant le micro avait cette fois un regard fuyant, fermant les yeux par endroit. Avouez-le, le morceau était gros, grotesque et dur à faire avaler !

Cher Jacques,
Le monde entier m’a demandé de réagir à chaud pour te rabattre le caquet. Je me suis refusé à cette réaction précipitée. Ainsi avant de publier la présente réaction, j’ai tenu à sonder tes proches, qui sont toujours inquiets et préoccupés, pour savoir les tenants et les aboutissants de ton intervention à la RTNB. J’étais ravi d’apprendre que tu leur as confié que tu n’avais pas le choix. Et pour cause l’homme qui t’a poussé à donner lecture de ces accusations grotesques et mensongères est aujourd’hui puissant à Bujumbura. Mais mon cher Jacques, sachez que cette « puissance » est éphémère mais que la disparition de l’honorable Afsa Mossi ainsi que la douleur y afférente parmi les siens sont pérennes. Dommage que tu n’as pas pensé à cette triste réalité avant d’entrer dans cette sale combine !

Monsieur Jacques Bigirimana,
Le seul mérite de votre faux témoignage est que le moment venu, quand les rapports de force pencheront du côté des victimes de cette barbarie meurtrière du pouvoir de facto de Bujumbura, vous donnerez l’identité des véritables assassins de l’honorable Afsa Mossi, ceux-là mêmes qui vous ont forcé à faire cette sortie médiatique. A ce titre vous êtes devenus un témoin extrêmement précieux dans l’assassinat de l’honorable Afsa Mossi. Merci infiniment ! Que Dieu vous protège jusqu’au jour du procès ! En revanche vous êtes une menace permanente contre cet homme Puissant, véritable assassin de cette mère de trois enfants, cette grand-mère et fille d’une mère meurtrie et encore en sanglots. Vous connaissez désormais l’identité du tueur ! Voilà pourquoi vos proches sont inquiets et préoccupés.

Monsieur Jacques Bigirimana,
Pour votre propre gouverne, apprenez que le CNARED-GIRITEKA, depuis sa création, il s’est inscrit dans une lutte pour le retour à un Etat de Droit au Burundi. Ce combat noble est pour préserver la Vie et non pour faucher la Vie. De ce fait l’assassinat de l’honorable Afsa Mossi ainsi que la disparition de milliers de nos concitoyens nous afflige. Cette rivière de sang provoquée par l’oligarchie de Bujumbura doit s’arrêter. Et ce dernier devra répondre un jour de tous ces actes macabres.

Dans l’espoir que Dieu vous prête la vie assez longtemps pour venir un jour à la barre témoigner en faveur de la famille de l’honorable Afsa Mossi, je vous prie d’agréer, Monsieur Jacques Bigirimana, l’expression de mes remerciements anticipés.

Pancrace Cimpaye

Porte-Parole du CNARED-GIRITEKA.