BRÈVES INFOS. Burundi : La future Constitution amendée tiendra compte des résultats du dialogue interburundais organisé au niveau des 18 provinces burundaises au premier semestre 2016 sous l'égide de la Commission Nationale de Dialogue Interburundais (CNDI) / @Burundibwiza.com

Tous les ateliers de formation doivent "désormais être animés en Kirundi et par des Burundais".

Last Updated: 20 December 2017 Hits: 513

Politique

@Burundibwiza.com mise à jour, le 20.12.2017 source French.china.org.cn

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tous les ateliers de formation à l'intention des administratifs et des acteurs locaux doivent "désormais être animés en Kirundi et par des Burundais", apprend-on d'une correspondance rendue publique lundi signée Pascal Barandagiye, ministre burundais de l'Intérieur et de la Formation Patriotique. Cette correspondance ordonne aux gouverneurs des 18 provinces burundaises dont la province urbaine de Bujumbura-Mairie (ouest), à veiller à ce que tous les ateliers de formation soient désormais animés en Kirundi et par des Burundais. "Différentes organisations effectuent régulièrement des descentes dans les provinces pour organiser des ateliers de formations à l'intention des administratifs et des acteurs locaux. Or, tous les thèmes à développer lors des différents ateliers de formation, doivent se référer à la politique nationale et aux orientations du Gouvernement du Burundi", a fait remarquer le ministre burundais. Par ailleurs, M. Barandagiye a indiqué que "sauf sur dérogation du Ministre", les expatriés ne seront plus autorisés à organiser ce genre d'activités à l'intérieur du pays. Toutefois, a-t-il nuancé, les expatriés qui le souhaitent, pourront y assister. Le ministre Barandagiye a saisi l'occasion pour rappeler que le respect de la mesure interdisant les visites, l'organisation des ateliers et autres activités des ONGs étrangères "sans l'autorisation du Ministre ayant en charge le secteur dont relève l'activité", reste de rigueur. La constitution en vigueur promulguée le 18 mars 2005 et le projet de nouvelle constitution dont l'adoption par voie référendaire populaire est attendue en mai 2018, reconnaissent le Kirundi au niveau de leurs clauses respectives, à la fois comme langue nationale et langue officielle. De ce fait, selon cette loi fondamentale burundaise, tous les textes législatifs doivent avoir leur version en Kirundi.
 

Leave your comments

Post comment as a guest

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
terms and condition.
  • No comments found